Vieux de la veille

05 mars 2019

Quelques jours à Rome

Ceux qui me connaissent le savent : j'abhorre les voyages de groupe. Et pourtant, la semaine dernière, c'est dans ce cadre que j'ai découvert l'ITalie. Toutefois, il ne s'agissait pas d'un voyage de groupe de type Bidochon. Il ne s'agissait pas d'un groupe de 50 personnes voyageant en bus, et condamnées à vivre en vase clos avec les autres. Non, nous formions un groupe de  12 personnes à participer, et si les déplacements se faisaient bien en minibus, le planning était assez libre pour que chacun puisse partir de son côté. Ce qui fait que pour finir, et contre toute attente, mon épouse et moi avons eu droit à tous les avantages de ce genre de voyage sans les désagréments ! Nous n'avons pas dû faire d'efforts pour tout organiser, les déplacements, le dîner, ou les visites culturelles. Mais nous avons néanmoins pu découvrir chaque site à notre propre rythme, sans être cannibalisé par le groupe. Dieu sait pourtant que je peux être misanthrope, certains jours. Mais curieusement, je n'ai été contrarié par la cohabitation. Les rares fois où les circonstances nous ont obligés à passer du temps tous ensemble, nous avons passé d'excellents moments ça s'est bien passé. Ma femme et moi avons même pris les coordonnées d'un autre couple avec qui nous avons sympathisé lors des dîners. Je ne sais pas encore si nous les recontacterons (les liens qui se tissent durant un voyage ont le plus souvent tendance à se dissoudre une fois revenu à la maison), mais le seul fait que nous ayons voulu échanger nos coordonnées prouve à quel point l'ambiance était bonne. Cela dit, je ne dis pas non plus que le groupe tout entier m'intéressait. Il y avait notamment dans le groupe un alcoolique qui buvait dès neuf heures du matin. Je suis à peu près sûr que ma femme a songé à un moment donné à l'éventualité de les jeter de la fenêtre du bus. Mais c'est vraiment le seul inconvénient du voyage, parce qu'à part ça, tout le restedu séjour s'est avéré être grandiose. Si vous étiez comme moi bloqué sur l'idée que les voyages de groupe sont fatalement insupportables, je vous invite vraiment à tenter votre chance ! D'ailleurs, si vous êtes intéressé ce voyage en Italie, voici l'agence qui a mis en place ce voyage en Italie, si vous voulez voir à quoi on a eu droit.Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de ce séminaire entreprise à Rome.

Posté par Philandre à 13:55 - Permalien [#]


28 février 2019

Vers un accord en Corée

Cependant, des sources sud-coréennes, appartenant ou non au gouvernement, estiment que l'administration Trump risque de mal interpréter les ouvertures du Nord. C’est pourquoi Séoul s’efforce de maintenir en vie ce qu’un responsable du ministère des Affaires étrangères appelle «l’esprit de Singapour». Le 18 septembre, les présidents sud-coréen Moon Jae-in et Kim ont ouvert un sommet de trois jours à Pyongyang, qui a discuté de la dénucléarisation, des arrangements en matière de sécurité et des questions humanitaires. Avant de partir de Séoul, Moon a déclaré aux journalistes que si cette réunion - la troisième entre les deux dirigeants (et la première dans la capitale nord-coréenne) - "ouvrait la voie au prochain round de négociations entre le président Kim et le président Trump, alors le sommet sera un grand succès. " Parmi les voix qui disent que Kim est prête à négocier: le plus haut défenseur nord-coréen, un haut dirigeant du parti au pouvoir dont la famille était très proche du clan Kim à Pyongyang. Dans son tout premier entretien avec des médias occidentaux (le gouvernement sud-coréen ne veut pas que son identité soit révélée pour des raisons de sécurité), il a déclaré à Newsweek que Kim souhaitait faire deux choses: assurer la "sécurité du régime" du gouvernement nord-coréen et mettre sa nation sur la voie de la «prospérité économique nationale», comparable à celle que les nations de l’Asie de l’Est, de la Corée du Sud au Japon et à Taiwan, ont gagnée au cours de la seconde moitié du 20e siècle. Kim, dit le transfuge, "veut un gros accord avec Trump", dans lequel les Etats-Unis signent un traité mettant officiellement fin à la guerre de Corée et normalisant leurs relations avec Pyongyang en échange d'une "dénucléarisation" complète. L'administration de la Lune, à travers ses relations avec Kim jusqu'à présent, est d'accord avec cette évaluation. Bien que de gauche et considéré dans le prisme de la politique sud-coréenne comme «doux» au nord, le gouvernement de la Lune n’est pas naïf. Il est convaincu qu'il existe un accord - à condition que l'administration Trump comprenne qu'il doit s'agir d'un accord. C’est-à-dire que les États-Unis cessent d’insister, en public et en privé, sur le fait que le Nord doit cesser de manière irréversible de neutraliser ses armes nucléaires avant que quoi que ce soit puisse arriver. Cheong Seong-Chang, vice-président de la planification de la recherche à l'Institut Sejong, un groupe de réflexion de Séoul, et conseiller occasionnel auprès du gouvernement de la Lune, estime pour Pyongyang que «la déclaration de fin de guerre est une base, la première étape du processus de dénucléarisation» . "[La dénucléarisation] sans aucune mesure de sécurité en place reviendrait à se mettre complètement à nu à la table des négociations avec les États-Unis."

Posté par Philandre à 13:26 - Permalien [#]

13 décembre 2018

Piloter un avion, plus facile que la conduite sur route !

Cette année, j'ai trouvé un magnifique cadeau au pied du sapin : une séance de pilotage d'avion. Un cadeau inhabituel de mon beau-père que j'étais impatient de réaliser. Trois jours après, j'ai donc appelé pour réserver une date. Et c'est ainsi que, dimanche dernier, je me suis rendu à Nantes avec mon beau-père pour tenter l'aventure. Nous y avons fait la connaissance de Lucas, un pilote sympathique avec dix ans d'expérience au compteur. Après qu'il nous ait donné un petit court théorique, nous avons rejoint l'appareil et j'ai pris place sur le siège du pilote. L'appareil disposait de quatre places, ce qui fait que mon ami a pu se joindre à moi en tant que passager. J'imaginais que mon formateur allait se charger du décollage et de l'atterrissage, les deux phases les plus délicates. Mais en fin de compte, voyant que je n'étais pas trop tendu, il a décidé de me laisser faire. Ce n'était pas inconscient de sa part : l'appareil était un véhicule d'auto-école, et toutes les commandes étaient donc doublées. Lucas pouvait ainsi corriger mes erreurs si cela s'avérait nécessaire. Le décollage a été assez facile, en fait. Quand on a mis les gaz, il suffit de tirer progressivement sur le manche, et on dit adieu au plancher des vaches. C'est aussi simple que cela. Là-haut, même un enfant de 5 ans pourrait piloter ! C'est même plus facile à piloter qu'une voiture ! Là-haut, les déplacements se font certes en trois dimensions, mais il n'y a en même temps ni obstacle ni circulation. C'est tellement vrai qu'on peut passer son PPL avant même d'être en âge pour avoir le permis de conduire ! Pour autant, ça requiert tout de même une grande concentration. Si l'appareil est maniable, il ne pèse pas lourd, et la moindre bourrasque suffit à le faire dévier de sa trajectoire. Il faut donc compenser en permanence avec le manche. Mais bon, ce n'est pas bien compliqué. Le seul moment un peu délicat, au final, ça a été l'atterrissage. Vers la fin, Lucas s'est vu obligé de corriger notre vitesse d'approche. Mais à part ça, j'ai été autonome tout du long. Au final, j'ai vraiment apprécié cette initiation au pilotage d'avion. Et au-dessus de Nantes, la vue est somptueuse. Mille mercis au beau-père Noël pour ce moment, en tout cas ! A lire sur le site internet de cette expérience d'initiation au pilotage en avion à Nantes.

Posté par Philandre à 16:03 - Permalien [#]

08 décembre 2018

Si Hitler avait eu des amis

Le document enregistre: «À l’automne 1919, vers le mois de septembre, Hitler se rendit au bureau de la maison d’édition pour voir Grassinger. Il proposa d’écrire pour le journal et de rejoindre le parti socialiste allemand et de travailler avec lui. Il n’avait pas d’argent à l’époque et il a également demandé à emprunter de l’argent à Grassinger. Mais ils [lui] lui ont dit qu'ils ne l'utilisaient pas dans le journal et qu'ils ne voulaient pas non plus l'avoir dans le parti. " Les recherches de Weber figureront dans son prochain ouvrage, Becoming Hitler: The Making of a Nazi, qui sera publié par Oxford University Press le mois prochain. Il a déclaré: «On a tendance à voir dans le comportement de Hitler, entre son adhésion au parti nazi et le milieu des années 1920, le comportement erratique d'une prima donna, qui a agi de manière totalement irrationnelle et qui - en plus d'être un orateur doué - avoir de nombreux talents d'opérateur politique ... Dans mon livre, je montre que l'histoire est totalement fausse. Hitler était en fait un opérateur politique habile et complice qui ... ne pardonnerait jamais à qui l'aurait froidement endossé et l'avait rejeté - et aurait tenu sa vengeance à vie. " Il a ajouté que, dans les trois occasions où des fusions des deux partis avaient été proposées, "Hitler a une odeur absolue": "L'histoire de Hitler rejetée par un parti, puis ses actions dans le nouveau parti qui l'a accepté - le parti nazi - sont donc intimement liés. »L'aile du parti à Nuremberg, avec ses« fous hardcore », a finalement rejoint le parti nazi, a-t-il déclaré. Les livres précédents de Weber incluent Hitler’s First War, qui est en train d’être adapté pour former une mini-série télévisée. Il comprenait des lettres non publiées et un journal écrit par des vétérans du régiment de Hitler qui contestaient les vues de longue date sur le prétendu record de guerre d’Hitler.

Posté par Philandre à 08:06 - Permalien [#]

03 octobre 2018

Un parfum de bacon ?

La dernière tendance en matière de parfum est le parfum au bacon. Le parfum de la cuisson du bacon sur la cuisinière du samedi matin a été mis en bouteille. Il existe de nombreux amateurs de bacon dans le monde qui achètent des produits amusants à base de bacon, mais ce nouveau parfum est loin d'être drôle. Le parfum du bacon offre à ses utilisateurs une expérience individuelle qui dure toute la journée. Le plaisir que ressentent les utilisateurs de parfums de bacon est lié à la mémoire qu’ils ont quand ils sentent le bacon. Pensez à ce que vous pensez en premier lorsque vous sentez une odeur de bacon. Le grand public associe l’odeur à des souvenirs réconfortants de la maison. Vous pouvez vous réveiller avec l'odeur de la cuisson au bacon le samedi matin ou sortir déjeuner avec votre oncle. Indépendamment de la mémoire déclenchée par l'odeur de bacon, cela vous permet de réfléchir aux expériences heureuses précédentes de votre vie. L'odorat est lié à la partie émotionnelle de votre cerveau. C'est un fait scientifique que presque immédiatement après avoir senti quelque chose de nouveau, votre cerveau le relie à un souvenir, à une personne, à une idée ou à quelque chose que vous avez expérimenté dans la vie. Le déclenchement d'une odeur peut également avoir un impact direct sur notre humeur. En tant qu'enfant, vous ressentez le plus d'odeurs pour la première fois. Ainsi, bon nombre de vos déclencheurs d'odeurs sont associés à l'enfance. Chaque fois que vous sentez l'odeur par la suite, votre cerveau l'associe à cette mémoire ou à cette idée. Quand nous étions enfants, nous avons tous ressenti pour la première fois l'odeur d'herbe fraîche coupée. À ce jour, nous aimons tous l'odeur de l'herbe fraîche coupée; parce que cela nous fait nous sentir bien et nous ramène à notre jeunesse. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de cette session pour créer son parfum à Lyon.

Posté par Philandre à 13:17 - Permalien [#]


29 septembre 2018

Le manuel du marketing cinématographique

Les cinéastes qui réussissent ne réussissent pas du jour au lendemain. Après des mois et des années de dur labeur et de travail, ils créent un grand film. Cependant, la création d'un grand film est inutile si le film n'est pas bien commercialisé. À moins que le cinéaste ne répand la conscience sur son film, il ne sera pas capable d'attirer le public pour regarder le film. C'est pourquoi le marketing d'un film est devenu extrêmement important. Il est crucial pour le succès de votre film. Le marketing numérique est rapide à rattraper ces jours-ci. La publicité d'un film est connu comme le marketing de film ou la promotion de film et les personnes qui sont responsables de ceci sont appelés en tant que distributeurs de film. La façon dont un film est promu peut faire la différence entre le succès et l'échec. Le succès d'un film dépend en grande partie de la façon dont il est commercialisé. Un film bien fait commercialisé mal ne sert à rien. Le marketing de film est un art à apprendre. Il ya des guides disponibles en ligne qui sont utiles pour les cinéastes ayant l'intention de commercialiser avec succès et de vendre leur film à un public mondial émergeant numériques. Ces guides enseignent aux cinéastes à capitaliser sur leur production et à la positionner pour un potentiel de vente et de distribution maximal. Guides de marketing de film sont utiles et instructifs. Ils sont une composante essentielle des projets cinématographiques. Ils fournissent aux directeurs et aux producteurs aspirants une voie claire pour commercialiser leur production. Si vous voulez cultiver des audiences numériques mondiales, ces guides sont fortement recommandés. Vous apprendrez à intégrer la meilleure pratique pour planifier vos stratégies de marketing. Il vous aidera à positionner avec succès votre projet pour une distribution indépendante. Le marketing de films indépendants ou de films indépendants de marketing prend du talent et du travail acharné. Si vous avez investi votre temps et votre énergie pour créer un projet que vous souhaitez partager avec plus que votre famille et vos amis - peut-être même un public payant, ces guides vous orienteront vers le succès. Si vous voulez comprendre et maîtriser les principes du succès commercial mondial, les guides de marketing cinématographique peuvent faire toute la différence. Ils peuvent vous aider à prouver à vos investisseurs que vous pouvez livrer dans les délais et le budget. L'approche étape par étape de marketing peut vous aider à distribuer votre film. Ces guides vous guideront à travers le processus de marketing de film en ligne. Il n'est pas un secret que les vidéos web peuvent stimuler votre processus de marketing global. Ils sont l'un des meilleurs moyens d'attirer le public. Guides de marketing de film sont une aubaine! Ce sont des manuels utiles pour les cinéastes qui veulent promouvoir leurs films. Il n'y a pas de meilleure façon de promouvoir votre film que de lire des guides informatifs et éducatifs et d'intégrer ces stratégies dans votre travail. Les guides contiennent des informations utiles sur les différentes façons et techniques pour atteindre les audiences numériques mondiales. Soyez assuré que vous apprendrez beaucoup sur les techniques et les stratégies de marketing de film.

Posté par Philandre à 09:53 - Permalien [#]

12 juillet 2018

La fausse surprise des Brexiters

Pourquoi les Brexiters agissent-ils si surpris? Ne font-ils pas attention aux petits caractères? Leur dernière accusation de trahison porte sur le soi-disant «backstop» irlandais - qu'en l'absence d'un plan alternatif pour maintenir sans friction le commerce sur la frontière irlandaise, la Grande-Bretagne restera dans l'union douanière. Le soi-disant «cabinet de guerre du Brexit» se réunit aujourd'hui pour signer les détails - bien que le terme «cabinet de guerre» soit habituellement appliqué aux groupes ministériels qui gèrent des conflits externes plutôt que internes. Les principaux responsables du Brexit prétendent qu'on ne leur a pas dit que la Grande-Bretagne envisageait de rester indéfiniment dans une union douanière de l'UE. Mais ils étaient. Il est écrit en noir et blanc au paragraphe 49 de l'accord signé par Theresa May aux premières heures du 8 décembre de l'année dernière: "En l'absence de solutions convenues, le Royaume-Uni maintiendra son alignement complet avec les règles du marché intérieur et de l'union douanière qui, maintenant ou à l'avenir, soutiennent ... l'économie de toute l'île [en Irlande]. " En bref, nous convenu d'un filet de sécurité. Nous resterions pleinement signataires des règles et règlements de l'UE à moins que le Cabinet, notre Parlement et tous les autres États membres ne parviennent à s'entendre sur une solution alternative au problème de la frontière irlandaise. Le gouvernement britannique a affirmé que cela faisait partie d'une transition de courte durée qui ne durerait que jusqu'en 2020, mais ce n'était pas ce que le texte négocié avec l'UE disait. L'éditorial de Evening Standard le décrivait le jour même comme «la concession britannique clé» et «une victoire pour un Brexit plus doux». Nous avons ajouté que puisque «ce n'est pas clair», il existe une alternative sur laquelle tout le monde peut s'entendre, nous devrions ignorer les échéances parce que «nous soupçonnons que tout le monde acceptera de continuer à mettre la boîte au milieu des années 2020» . Cette caractéristique centrale de l'accord de décembre était inexplicablement ignorée par les Brexite jubilants - soit ils ne la lisaient pas, ils ne la comprenaient pas ou ils ne voulaient pas admettre ce qu'ils savaient que cela signifiait. Au cours des mois qui ont suivi, les rangs du Cabinet concernant les futurs arrangements douaniers se sont accélérés - prouvant même qu'ils ne pouvaient pas se mettre d'accord sur cette alternative insaisissable, sans parler de notre Parlement ou de tous les autres membres de l'UE. Plus d'information est disponible sur le site de l'organisateur de ce séminaire à Londres. Cliquez sur le lien.

Posté par Philandre à 17:36 - Permalien [#]

21 juin 2018

Homophobie en milieu scolaire

En 2017, 99 cas en rapport avec le contexte milieu scolaire ont été rapportés à SOS homophobie (contre 72 en 2016). 64  % d’entre eux concernent des hommes, 29 % des femmes, et 3 % des personnes trans. Dans 76 % des situations les étudiant·e·s et élèves sont les victimes. Comme les années précédentes, les insultes et les moqueries restent la principale manifestation des LGBTphobies à l’école  : «PD», «tapette», «tarlouze» sont des qualificatifs récurrents. Les menaces, visant filles et garçons, sont bien présentes aussi. Mise à l’écart, humiliations, harcèlement à l’intérieur comme à l’extérieur des établissements et sur les réseaux sociaux complètent ce triste tableau. Plus grave, les agressions physiques dans et en dehors de l’établissement, souvent sans témoins, ne sont pas rares. Il y a enfin des faits qui, même sans agression, sont la marque d’une LGBTphobie ambiante  : affiches contre l’homophobie taguées dans une université, propos homophobes décomplexés entendus dans une autre, distribution de manuels homophobes, anti-genre et anti-IVG dans un établissement privé. Quant aux jeunes trans, c’est la reconnaissance de leur identité qui pose problème (nouveau prénom, identité de genre). Il y a le cas de cette jeune fille qui voudrait savoir si son changement de genre pourrait lui poser problème lors de l’examen du baccalauréat. Malheureusement, selon la législation française actuelle, seul le sexe inscrit sur la carte d’identité a valeur officielle et le changement d’état civil est encore difficile. Les jeunes trans, lors d’un examen, en sont donc réduit·e·s à compter sur la compréhension des surveillant·e·s et des examinateurs·trices (et si possible sur une attestation de leur établissement). Les auteur·e·s d’agressions à caractère homophobe, biphobe ou transphobe sont le plus souvent les autres élèves. Ils opèrent ouvertement dans l’enceinte de l’établissement, ou insidieusement, sur les réseaux sociaux principalement. Plus grave encore  : les agressions sont aussi le fait d’enseignant·e·s. Un cas venu d’une école privée a été signalé, un autre témoignage mentionne des adultes se livrant à des agressions verbales, une assistante d’éducation insulte une élève, un surveillant tient des propos injurieux et LGBTphobes à l’égard de l’appelant, une jeune lesbienne est victime de propos inquisiteurs de la part d’une surveillante d’internat, une professeure aurait dit «Arrête tes manières de PD» (mais cette dernière le conteste), un formateur dans une école spécialisée demande à un stagiaire gay d’éviter de parler «avec [sa] voix de tarlouze». Rappelons-le avec force  : les propos orduriers d’un·e adulte envers des élèves, les insultes et les réflexions LGBTphobes – punies par la loi – constituent une faute professionnelle caractérisée, d’autant plus que le corps enseignant se doit de garantir la sécurité physique et psychologique de ses élèves. Les éléments déclencheurs de tels comportements sont tout d’abord les stéréotypes. Un garçon à l’allure «efféminée», une jeune fille avec une «grosse voix» sont moqué·e·s et insulté·e·s. Pratiquer le patinage artistique pour un garçon peut aussi provoquer des moqueries. Les victimes peuvent également être outées par un·e de leurs ami·e·s. C’est le cas de figure le plus fréquent concernant la lesbophobie. Les coming out véritables sont rares mais réels, comme ce garçon courageux qui veut faire en classe un exposé sur les personnes LGBT. Dernier cas de figure : un élève a été vu embrassant son ami ou ayant des gestes de tendresse envers lui et s’est retrouvé agressé verbalement et physiquement. En 2017, cela ne passait toujours pas à l’école.

Posté par Philandre à 18:40 - Permalien [#]

20 avril 2018

Ma balade en montgolfière

Au petit matin, dans un champ. Un géant s'éveille tout doucement, à mesure que sa toile gonfle. Il prend forme et se relève, jusqu'à obtenir la forme d'un immense ballon de baudruche. Notre ballon. Celui à bord duquel nous allons embarquer dans quelques minutes. Ce n'est pas une expédition extraordinaire dans l'absolu. Au contraire, le vol en montgolfière semble s'être démocratisé, et les lancers de montgolfière sont ouverts à tous depuis quelques années, dans de nombreuses régions. Le coût en est devenu relativement abordable. Non, cette expédition n'a rien d'extraordinaire dans l'absolu. Mais elle l'est pour nous lorsque nous enjambons le bord de la nacelle et nous retrouvons à l'intérieur ; elle l'est lorsque notre appareil s'élève et que nous nous retrouvons plus hauts que les arbres. Paresseusement, notre ballon s'élève et se met à dériver, comme doué d'une vie propre. On ne dirige pas une montgolfière : elle vous porte où elle le souhaite, selon les caprices du vent. L'aérostier qui pilote ce géant gazeux ne peut en contrôler que l'altitude. Un banc de brume rampe sur la plaine, sinuant entre les arbres. Dans cette atmosphère mystérieuse, nul bruit ne se fait entendre. En dehors des grondements passagers du brûleur, c'est le calme plat. A cette altitude, à peine une quinzaine de mètres, on distingue encore nettement chaque détail du sol. Les animaux sont encore de sortie. Une biche s'offre à notre regard quelques secondes, avant qu'un coup de brûleur ne la fasse fuir entre les arbres. Chaque instant de ce voyage est idyllique, fantastique. Nous ne sommes plus dans le réel, mais dans un autre monde : celui de la nature avant l'arrivée des hommes. Notre ballon survole une route et prend de l'altitude pour nous faire découvrir l'étendue de la plaine. Partout autour de notre ballon, s'étale un patchwork de couleurs diverses, de champs et de forêts. La lueur oblique du soleil levant jette à la scène un éclat merveilleux. Nous montons tout doucement jusqu'à 700 mètres de hauteur pour découvrir le monde, tels des dieux accoudés à un balcon magique. Une heure plus tard, la tête pleine d'images superbes, nous regagnons lentement le sol. Mais nous savons déjà, lorsque nous posons le pied à terre, que nous continuerons à flotter encore longtemps. Merci à tous pour ce merveilleux cadeau. Encore plus d'information sur cette expérience de ce baptême de l'air en montgolfière à Lille en cliquant sur le site internet de l'organisateur.

 

montgolfiere 1

Posté par Philandre à 13:54 - Permalien [#]

11 avril 2018

Arrestations au Yémen

L’année dernière, les forces Houthis-Saleh, le gouvernement yéménite et les forces yéménites soutenues par les Émirats arabes unis ont recouru à des pratiques de détention arbitraire et illégale. Amnesty International a rassemblé des informations sur quelques cas de civils, à Sanaa et à Marib, qui ont été arrêtés uniquement en vue d’échanges de prisonniers à venir, ce qui revient à une prise d’otages et constitue une violation du droit international humanitaire. À Sanaa et dans d’autres régions qu’ils contrôlaient, les Houthis et leurs alliés ont continué d’arrêter et de placer en détention de manière arbitraire des personnes qui les critiquaient ou qu’ils considéraient comme leurs opposants, ainsi que des journalistes, des particuliers, des défenseurs des droits humains et des membres de la communauté baha’i ; beaucoup ont été soumis à une disparition forcée. À la fin de l’année, cinq hommes baha’is se trouvaient toujours en détention. L’un d’entre eux était détenu depuis près de quatre ans ; il était accusé d’apostasie, et donc passible de la peine de mort aux termes de la législation yéménite. À Aden, les forces yéménites soutenues par les Émirats arabes unis ont mené une campagne de détentions arbitraires et de disparitions forcées. Amnesty International a rassemblé des informations sur 13 cas de détention arbitraire au cours de l’année passée ; certaines de ces personnes étaient détenues au secret et d’autres avaient été soumises à une disparition forcée. Des baha’is ont également été arrêtés de façon arbitraire à l’aéroport international d’Aden par des forces locales soutenues par les Émirats arabes unis, et détenus sans inculpation pendant neuf mois. Mustafa al Mutawakel, professeur d’université et responsable politique, a été arrêté de façon arbitraire à Marib, le 27 avril, par les forces du gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale. Il était maintenu en détention sans inculpation.

Posté par Philandre à 16:54 - Permalien [#]