Au petit matin, dans un champ. Un géant s'éveille tout doucement, à mesure que sa toile gonfle. Il prend forme et se relève, jusqu'à obtenir la forme d'un immense ballon de baudruche. Notre ballon. Celui à bord duquel nous allons embarquer dans quelques minutes. Ce n'est pas une expédition extraordinaire dans l'absolu. Au contraire, le vol en montgolfière semble s'être démocratisé, et les lancers de montgolfière sont ouverts à tous depuis quelques années, dans de nombreuses régions. Le coût en est devenu relativement abordable. Non, cette expédition n'a rien d'extraordinaire dans l'absolu. Mais elle l'est pour nous lorsque nous enjambons le bord de la nacelle et nous retrouvons à l'intérieur ; elle l'est lorsque notre appareil s'élève et que nous nous retrouvons plus hauts que les arbres. Paresseusement, notre ballon s'élève et se met à dériver, comme doué d'une vie propre. On ne dirige pas une montgolfière : elle vous porte où elle le souhaite, selon les caprices du vent. L'aérostier qui pilote ce géant gazeux ne peut en contrôler que l'altitude. Un banc de brume rampe sur la plaine, sinuant entre les arbres. Dans cette atmosphère mystérieuse, nul bruit ne se fait entendre. En dehors des grondements passagers du brûleur, c'est le calme plat. A cette altitude, à peine une quinzaine de mètres, on distingue encore nettement chaque détail du sol. Les animaux sont encore de sortie. Une biche s'offre à notre regard quelques secondes, avant qu'un coup de brûleur ne la fasse fuir entre les arbres. Chaque instant de ce voyage est idyllique, fantastique. Nous ne sommes plus dans le réel, mais dans un autre monde : celui de la nature avant l'arrivée des hommes. Notre ballon survole une route et prend de l'altitude pour nous faire découvrir l'étendue de la plaine. Partout autour de notre ballon, s'étale un patchwork de couleurs diverses, de champs et de forêts. La lueur oblique du soleil levant jette à la scène un éclat merveilleux. Nous montons tout doucement jusqu'à 700 mètres de hauteur pour découvrir le monde, tels des dieux accoudés à un balcon magique. Une heure plus tard, la tête pleine d'images superbes, nous regagnons lentement le sol. Mais nous savons déjà, lorsque nous posons le pied à terre, que nous continuerons à flotter encore longtemps. Merci à tous pour ce merveilleux cadeau. Encore plus d'information sur cette expérience de ce baptême de l'air en montgolfière à Lille en cliquant sur le site internet de l'organisateur.

 

montgolfiere 1