Les UEMa sont une modalité particulière d’unité d’enseignement (UE), c’est-à-dire d’implantation au sein d’un établissement médico-social d’une classe, et sur un site scolaire, comme le ministère de l’éducation nationale souhaite le faire désormais systématiquement. L’innovation tient à ce que cette implantation est au sein d’une école maternelle et s’inscrit dans le cadre des divers moyens destinés à des interventions précoces. L’objectif inscrit dans le troisième plan était la création d’une UEMa par département. Il s’est trouvé atteint et même dépassé, puisque certains départements, très peuplés, ont mis en place des UEMa supplémentaires. C’est le cas notamment en Seine-et-Marne, en Seine-SaintDenis et en Gironde. Au total, 111 UEMa ont ainsi été ouvertes. Ces UEMa ont été définis par un cahier des charges national, élaboré en 2014 et révisé en 2016, de façon concertée notamment avec les représentants du Comité de suivi du plan autisme, qui en a précisé les éléments constitutifs essentiels : proposer à des enfants autistes présentant des troubles sévères et n’ayant pas développé de communication verbale, une intervention précoce, globale et structurée ; rechercher une scolarisation en milieu ordinaire avec un pilotage par l’enseignant de l’unité ; veiller à la « guidance » des parents ; mettre en place une formation conjointe de tous les acteurs ; prévoir enfin la supervision des équipes par un organisme extérieur. Chaque UEMa accueille un maximum de sept enfants. L’équipe qui intervient est composée d’un enseignant spécialisé, de professionnels de santé (orthophonistes, psychomotriciens) et de professionnels sociaux (éducateurs spécialisés, des éducateurs de jeunes enfants ou des aides-médico-psychologiques). L’Éducation nationale a attribué 111 postes d’enseignants pour participer au fonctionnement de ce dispositif. Les équipes sont complétées par les travailleurs sociaux qui sont au nombre de deux ou trois par site, selon les dispositifs, qui relèvent d’un établissement existant (ESMS), ainsi en partie implanté dans l’école. Le plan autisme a prévu un budget de 280 000 € par UEMa. Le coût à la place s’élève à 40 000 € par an et par enfant, 45 000 € si l’on y ajoute la rémunération de l’enseignant.