La semaine dernière, en revenant d'une randonnée en quad organisée par des amis, je me suis laissé séduire par une belle inconnue : Saint-Fargeau. Que voulez-vous, je n'ai jamais pu résister aux vieilles pierres. Et en la matière, j'ai été servi avec le château de Saint-Fargeau. Si vous imaginez immédiatement un château à l'allure masculine, je peux vous dire que vous êtes loin de la réalité. Le château de Saint-Fargeau est un château rose, aux allures médiévales, flanqué de six tours massives que l’architecte Le Vau eut l’heureuse idée d’alléger en les surmontant de lanternes ajourées. Voilà comment il apparaît quand on le découvre depuis la route de Toucy. Ce château n'a pas un air féminin par hasard. En effet, Louis XIV exila dans ce château alors délabré sa frondeuse de cousine, la fameuse Grande Mademoiselle. La royale cousine releva le défi et demanda à l’architecte préféré de son roi de donner un air plus aimable à cet étonnant pentagone irrégulier. Et c’est en pénétrant dans la cour d’honneur que l’extraordinaire beauté des lieux se révèle. Les cinq corps de logis forment un ensemble d’une harmonie légère d’où se dégage une gaieté néanmoins majestueuse. Deux façades à hautes fenêtres se rejoignent par un perron aux marches semi-circulaires du plus bel effet. L’histoire et les incendies ont eu presque raison de la forteresse. Mais aujourd’hui, ce qui est restauré, décoré et meublé donne une idée très précise du faste que la Grande Mademoiselle y installa et que les propriétaires suivants perpétuèrent. On peut admirer, entre autres, la magnifique bibliothèque en chêne de Hongrie et les combles, impressionnants par leur ampleur, leur architecture et leur grand âge (400 ans, c'est un âge qui mérite le respect). Si vous visitez un jour le lieu, sachez également qu'à quelques kilomètres de là, un autre roi marqua la région de son empreinte. Il s’agit d’Henri IV qui ordonna la construction d’écluses pour relier le bassin de la Loire à celui de la Seine. À Rogny-les-Sept-Écluses, on peut donc se promener le long du chemin de halage bordé de sapins en suivant les marches d’escalier des sept écluses. Elles ne fonctionnent plus depuis 1887, mais il est difficile de rester indifférent devant l’audace technique de cet ouvrage d’art. Entre randonnée en quad et découverte architecturale, ce fut au final un excellent voyage en Bourgogne. Retrouvez toutes les informations sur cette randonnée en quad en suivant le lien.

quad16